Je n’ai pas trahi

Quatrième de couverture :

Luna, seize ans, vient d’emménager à Ajaccio où sa mère a décidé de refaire sa vie. Seule comme jamais, elle se plonge dans les études et décide de préparer le Concours national de la résistance. En remontant le fil de l’Histoire, elle découvre le sort méconnu des Juifs de Corse. Ce qui n’était pour elle qu’un devoir de classe lui permet, contre toute attente, de lever un lourd secret familial. Son destin de lycéenne d’aujourd’hui se mêle à celui de Salomon, jeune résistant d’hier, au gré d’une vendetta sans limites et sans âge.

Auteur : Frédéric Couderc / Genres : Historique, Société / Public ciblé : Jeunesse

Nombre de pages : 311 p. / Editeur : Pocket Jeunesse / Année de parution : 2019

Mon avis :

Je n’ai pas trahi est un roman jeunesse exigeant tant dans le contexte historique que contemporain. Le récit alterne entre un chapitre se déroulant dans le passé (dans la peau de Salomon) et d’autres à notre époque (Luna et sa famille, Mattéo son camarade de classe).

On y apprend beaucoup de choses sur la Corse pendant la Seconde Guerre Mondiale, ce qui n’a encore jamais été abordé en littérature jeunesse, il me semble (ou alors j’attends avec impatience que vous me donniez des titres qui m’auraient échappé !). Je le conseille vraiment à ce niveau-là car je ne connaissais pas du tout l’histoire des Juifs en Corse au 20e siècle et j’en savais très peu sur l’occupation de l’île par les fascistes italiens. Mais l’histoire aborde aussi les problèmes de la Corse aujourd’hui avec les vendettas entre bandes rivales, la question de la « loi du silence » et des habitants qui souhaitent enfin en finir avec cette habitude.

Dans ce contexte trouble, tout n’est pas tout noir ou tout blanc, à commencer par les personnages, qui vont rapidement se trouver liés les uns aux autres. Celui qu’on pourrait croire tout blanc car résistant pourrait se révéler un peu plus noir qu’il n’y paraît. Les deux adolescents de notre époque, Luna et Mattéo, traverseront chacun une crise d’identité qui les mèneront à agir de manière plus ou moins socialement correcte, mais selon leur propre conscience. Les personnages ont de la profondeur et c’est appréciable. Ce roman jeunesse n’est pas moralisateur, il nous apprend qu’on peut aussi composer avec certaines règles de la société.

« Les pensées de Salomon volaient vers d’autres cieux. Tant d’années après, la plaie du deuil restait béante. Car les morts existent même quand ils ne sont plus là depuis longtemps, très longtemps. »

Comme je le disais, c’est une lecture exigeante avec beaucoup de contexte historique à digérer, donc certains adolescents pourraient décrocher, d’autant plus qu’il faut être capable de suivre les alternances passé/présent et les multiples évolutions des personnages. Néanmoins il y a quand même un certain nombre d’aventures qui accompagnent l’histoire et aident à temporiser cela.

Une bonne lecture pour apprendre et réfléchir sur le monde d’hier et d’aujourd’hui, à destination principalement des adolescents qui pourront s’identifier aux personnages.

Note : 4 sur 5.

5 commentaires sur “Je n’ai pas trahi

Ajouter un commentaire

    1. Je suis très honorée de recevoir un commentaire de votre part ! Je ne m’y attendais pas en publiant cette première petite chronique. Merci beaucoup, c’était un plaisir de lire et de commenter votre roman. Amitiés

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :